YouTube lance 13 chaînes thématiques en France

chaines-youtube

Un acteur incontournable de la TV du futur

C’est dans la logique d’une stratégie déployée depuis déjà plusieurs mois. YouTube, la filiale de Google, première plateforme de vidéo du monde, a annoncé, lundi 8 octobre, le lancement prochain, en France, de 13 chaînes thématiques. Avec des partenaires du Web (Doctissimo, Aufeminin, ChannefFlip), ou de l’univers plus traditionnel de la télévision (Euronews, l’agence Capa, Endemol)…
La diffusion de ces nouvelles chaînes sur Youtube.fr devrait commencer dans les prochains mois. Les chaînes proposeront toute une variété de contenus, de la série au reportage en passant par le format magazine. Tous ces programmes seront originaux et créés sur un format plutôt court, spécialement conçu pour ce type de support.

Attirer les budgets publicitaires

YouTube a mis en place ses premières chaînes thématiques aux Etats-Unis il y a un an. Elles sont aujourd’hui près d’une centaine. Dans le cadre d’un programme baptisé « Original Programming », qui consiste à encourager la production de contenu audiovisuel spécifiquement pour la plateforme, grâce à des incitations financières. Les créateurs bénéficient d’un système d’avance sur recettes publicitaires, et – promet YouTube – gardent le contrôle éditorial sur le contenu de leur chaîne. Aujourd’hui, aux Etats-Unis, les contenus originaux représentent plus de vingt-cinq heures de vidéos mises en ligne par jour.
Le but pour Google est de drainer davantage de contenu publicitaire en ligne sur la plateforme (dont c’est l’unique source de revenus) et, éventuellement, d’attirer des budgets publicitaires originellement destinés à la télévision. Le site vend des bandeaux publicitaires classiques, à côté des vidéo, d’autres, incrustés au bas des vidéo. Mais il mise surtout sur les « prérolls », ces films publicitaires qui se lancent quand l’internaute clique sur une vidéo.
Beaucoup de chemin a déjà été parcouru par YouTube. Quand Google a racheté la plateforme, en 2006, pour 1,65 milliards de dollars, c’était un site de partage de vidéos entre copains. Elle était considérée comme un véritable Far West par le monde de l’audiovisuel, un site contenant beaucoup trop de contenus piratés à leur goût. Du coup, elle attirait peu les annonceurs. « YouTube était réellement peu apprécié par les annonceurs, confirme Philippe Bailly, président de l’agence NPA conseil. Tout l’enjeu de ces quatre dernières années a donc été de mettre en ligne des contenus professionnels dont l’audience peut être évaluée avec des outils proches de ceux utilisés pour la télévision classique. »

800 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde

YouTube a su normaliser ses relations avec les ayants droit. Elle a mis en place une solution technique, Content ID, qui permet d’identifier les auteurs d’une vidéo postée sur la plateforme, à condition que ces derniers se soient préalablement identifiés auprès de YouTube. Le système permet aux ayants droit d’être prévenus très rapidement au cas où un de leur contenu serait mis en ligne sans leur consentement.
Les audiences de YouTube sont devenues gigantesques: 800 millions de visiteurs uniques mensuels dans le monde, 27 millions rien qu’en France. Chaque minute, 312 heures de contenu sont mis en ligne…. Et la publicité vidéo afflue. Selon une étude Pivotal du mois de février 2012, le chiffre d’affaires publicitaire de YouTube pourrait atteindre 1,3 milliard de dollars en 2012, soit 25 % du total des dépenses publicitaires dans la vidéo en ligne !
Pour certains YouTube pourrait devenir le cheval de Troie de Google dans la TV. Car, pour l’instant, la Google TV, le navigateur spécialement conçu par le géant américain de l’Internet pour « surfer » sur le petit écran, reçoit un accueil mitigé des chaines audiovisuelles. En France, Sony commercialise depuis la fin de septembre un boîtier donnant accès à la Google TV. Mais, pour l’instant, les chaînes de télévision classique boudent ce nouvel acteur, refusant d’être diffusées en direct ou en différé sur la Google TV.

Source: le monde du 08-10-2012, article de Cécile Ducourtieux et Marie de Vergès


Laisser un commentaire