Grosse progression de l’usage des contenus multi-écrans.

multi-ecrans

Tablettes, TV, smartphones, ordinateurs, nos multi-écrans.

Il est possible que vous lisiez ce post sur une tablette ou un smartphone. Et qu’en plus vous ayez télévision ou un ordinateur portable à proximité. Si c’est le cas, vous êtes en bonne compagnie.

Tablettes et smartphones sont rapidement devenus des équipements basiques pour les consommateurs en Amérique du Nord. Uberflip s’est penché sur plusieurs études de Google, IAB, Nielsen, eConsultancy et Comscore, pour créer cette infographie qui explore comment les individus utilisent leurs différents écrans, connectés ou séparément, pour leurs interactions médiatiques et sociales. Elle analyse également les implications pour les marketeurs.

On apprend par exemple que 90% des interactions media aux USA se font via les écrans. Egalement 90% des américains utilisent toutes sortes d’écrans pour différents usages :
– le smartphone pour naviguer sur internet
– l’ordinateur pour une utilisation d’internet plus complexe et spécifique : faire ses courses, ses comptes ou autre…
– la tablette pour regarder des vidéos
Ils sont 81% à utiliser la TV et le smartphone en même temps. Et ils prolongent souvent sur leur tablette une action initiée par la TV. D’ores et déjà, 16% des américains qui possèdent 4 devices, regardent en priorité la TV sur leur tablette.
L’activité la plus populaire sur son 2ème écran quand on est devant sa TV, c’est les réseaux sociaux et notamment Twitter qui est l’animateur principal de la TV sociale (en Juin 2012, 33% des tweets concernent la TV).

Puisque les consommateurs ont maintes façons de la regarder, le terme «télévision» devient plus difficile à cerner. Le grand écran du salon peut être directement connecté via un fournisseur de câble ou branché sur Internet, ou peut-être aussi un écran moniteur asservi à un iPad ou un ordinateur portable.
Pour les marketeurs, avoir du contenu 2ème écran complétant l’écran principal est un bon point de départ, mais ce n’est pas suffisant. L’expérience de l’utilisateur doit être facile d’accès, convaincante, opportune et à forte valeur ajoutée. Les fournisseurs de contenus et les marques qui vont agir rapidement pour prendre en compte cette réalité, auront un net avantage. Il s’agit de mettre en place des contenus adaptés à cette réalité multi-écrans quelque soit l’évolution du matériel, des comportements et des intérêts des consommateurs.

« Regarder la TV » devient une attitude passive et obsolète dont l’interactivité et la partage sont absents. Il manque également en français l’équivalent de l’expression anglaise « viewers » qui englobent les spectateurs, téléspectateurs, internautes et autres vidéonautes. Vous avez une idée ?


Laisser un commentaire